Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 10:32

 

Le devenir du cadavre entre le début de son séjour dans l'eau et sa découverte va dépendre du laps de temps qui va s'écouler. Pendant cette période, de nombreux facteurs et agents vont intervenir pour retarder ou accélérer ce processus d'autolyse, notamment :

       

 La protection du corps par des vêtements, qui va par rapport à un baigneur en maillot de bain, retarder  la décomposition des tissus mous (tête, mains, face antérieure des membres inférieurs) et   leurs accès aux prédateurs terrestres et (ou) marins ;

■ La saison de l'année, en été les phénomènes sont plus rapides avec la chaleur ;

■ La nature du milieu hydrique (mer, marais, eau stagnante .... ) ;

■ L'exposition du cadavre aux insectes nécrophages ;

■ Les agressions extérieures telles que les hélices de bateaux, les écluses et autres.

 

De manière générale, la chronologie de la destruction d'un corps de l'état "frais" à l'état "squelettique" débute par un processur de dénaturation du corps, la putréfaction. Elle se caractérise par une décomposition des parties molles du cadavre sous l'influence des bactéries qui se trouvent déjà dans l'organisme, principalement celles de la flore intestinale.


Le premier signe de putréfaction est constitué par une décoloration cutanée verdâtre apparaissant généralement au niveau de la paroi abdominale (fosse iliaque droite) appelée « la tâche verte abdominale ». Cette transformation des tissus s'étend progressivement à tout l'abdomen, puis se généralise à l'ensemble du tronc, du cou, de la tête pour finir par les membres, pieds et mains. Dans le même temps, l'intense activité bactérienne intestinale va produire une quantité importante de gaz (méthane, hydrogène, dioxyde de carbone, sulfure d'hydrogène) qui va distendre l'abdomen de manière parfois impressionnante. Cette dilatation gazeuse est responsable de la remontée du corps à la surface ainsi que de l'apparition plus marquée du système veineux, appelée « circulation posthume ». Une odeur pestilentielle se dégage alors du cadavre, typique de la viande en décomposition.

 

Le phénomène de destruction des tissus organiques poursuit irrémédiablement son travail. Les parties du corps exposées à l'air prennent une couleur noirâtre, l'épiderme se décolle, les ongles tombent, les gaz de putréfaction disparaissent progressivement mais l'odeur de décomposition est à son point culminant.

Puis de manière beaucoup plus lente, le corps continue sa décomposition, il se dessèche, l'odeur nauséabonde s'atténue, les parties molles finissent par disparaître complètement jusqu'à la transformation terminale à l'état de squelette qui peut intervenir après plusieurs années.

 

Le milieu hydrique ou humide apporte des variantes dans le déroulement de la décomposition d'un corps par rapport au milieu terrestre. Certains de ces éléments, typique de ce milieu peuvent bouleverser totalement le fonctionnement classique de ce processus, nous pouvons citer :


La température de l'eau et de l'environnement extérieur ;

L'action prolongée de l'eau sur le corps (macération de la peau, adipocire … ) ;

L'action combinée de prédateurs aquatiques et terrestres qui peut être simultanée ou successif. Une victime flottant en surface peut être colonisée sur une partie de son corps par les insectes aériens et attaquée par des prédateurs aquatiques sur la face immergée ;

L'action combinée possible d'un séjour en immersion qui ralentit le processus de décomposition, 2 fois moins rapide que dans l'air suivit d'un séjour hors de l'eau (échouage) à partir duquel l'évolution de la putréfaction s'accélère pour rattraper le retard pris lors de l'immersion ;

Les effets du charriage sur le corps.


Ces différents événements peuvent notamment modifier la topographie du début de putréfaction, celle-ci n'étant plus localisée dans la région abdominale mais plutôt au niveau thoracique. Ce phénomène s'explique par la présence importante de bactéries dans la zone pulmonaire du noyé ainsi qu'au niveau de la tête dont la face prend un aspect bouffi, tuméfié, couleur bronze appelée « tête de nègre » qui rend le sujet méconnaissable.

 

Pour un corps ayant séjourné longuement dans l'eau, il peut s'en suivre un phénomène appelé « Adipocire ». L'action de l'eau ou l'influence d'un environnement humide, entraîne une transformation des corps gras sous-cutanés, en une substance savonneuse, cireuse blanche grisâtre qui enveloppe et préserve les tissus mous du processus de putréfaction. Le corps se retrouve alors figé comme une statue de cire, protégé de la décomposition.

En l'absence de ce phénomène, la dégradation du cadavre se poursuite par une disparition progressive des tissus mous puis par sa désarticulation. La perte progressive des parties du corps se produit dans l'ordre suivant :


Os des mains et des poignets ;

Os des pieds et des chevilles ;

Mandibules et crâne ;

Jambes, arrière-bras et avant-bras.


Ces phénomènes peuvent être également utilisés par les enquêteurs et médecins légistes pour tenter d'évaluer la durée d'immersion d'un corps dans l'eau.

Partager cet article

Repost 0
Published by noyade-criminalistique - dans LA NOYADE - GENERALITES
commenter cet article

commentaires

Fred 29/09/2016 06:55

Bonjour et merci pour cet excellent article.

J'ai une question relative au devenir des corps en haute mer.
Vous expliquez, à moins d'avoir mal saisi, que l'activité bactérienne intestinale transforme la zone abdominale en une sorte de "ballast" et permet ainsi la remontée progressive du corps. Qu'en est-il de ceux ayant subi une fragmentation (dans le cas d'un crash par exemple ?), de leur débris ? A une certaine profondeur, 1500, 2000 mètres voire plus, la pression empêche-t-elle l'ascension d'un cadavre entier ?

Merci et très bonne continuation.

khaled 03/04/2016 20:46

svp j'ai une question prk la putréfaction commence par la tête ds la noyade et non pas ds l'abdomen ? merci

Noyade criminalistique 04/04/2016 18:40

Bonjour
La décomposition dans l'eau commence souvent par la tête car lorsque le corps remonte, c'est la tête qui se retrouve hors de l'eau, et donc fait face à toute les agressions (soleil, mouches ... ). Alors que le reste du corps continu à être protégé des mouches par l'eau et la putréfaction abdominale retardée par la température de l'eau.

Auryne 08/01/2016 16:19

Bonjour `
j'écris moi aussi des polars, et thriller
Et j'ai une question
Pouvez vous me décrire étape par étape la décomposition d'un corps dans une baignoire, après un suicide
Corps découvert au bout de quelques heures
Mercie infiniment

Franzi 27/10/2013 12:48

Bonjour,

Merci beaucoup pour cette réponse.
Qui confirme mes craintes :
1. Toute petite fille, donc peu de masse de résistance.
2. Nue.
3. Très grand lac => baignade, petits voiliers, pédalos, planches à voile et... scooters.
4. A la fois ombragé et ensoleillé.
5. Quid de la faune ?

Et le temps passe, passe... inexorablement. Bientôt 6 mois.

Ce que je n'arrive pas à comprendre, c'est pourquoi on ménage tant ces (censuré !!!), même si la police espère obtenir quelques précisions (à mon avis, en vain, tant ils sont rusés et retors).

Depuis le début, la police semble ne pas avoir été dupe, mais a dû mener son enquête en "souterrain" (merci à l'avocat poly-tocard et candidat aux prochaines élections !)
Elle semble avoir compris que le corps n'était pas enterré.
Alors, POURQUOI ne font-ils PAS SONDER LE LAC ???
D'accord, il est grand et plein de recoins. Mais on a déjà fait de semblables recherches dans d'autres régions. Pourquoi pas ici ?
C'est incompréhensible !!!
On dirait qu'ils protègent ces monstrueux infanticides.
Sans compter qu'ils bénéficient, dans leur prison, de privilèges refusés, à juste titre, aux autres prisonniers.
Et tout cela, avec NOS impôts. Alors qu'ils ne méritent même pas la corde pour les pendre !!!
RÉVOLTE ABSOLUE.

Franzi 10/10/2013 10:22

Bonjour,

Comme tous bouleversée par le drame de la petite Fiona, je suis convaincue que ses tortionnaires, menteurs patentés et trop fainéants pour l'enterrer comme ils le prétendent. Surtout que, en toute
proximité se trouve le plus grand lac d'Auvergne(Aydat).
Après une immersion du cadavre, pendant 5 mois dont l'été, nu et probablement lesté, pensez-vous qu'il y ait encore une chance de le retrouver ? Et dans quel état (en vue d'une autopsie) ?

Merci d'avance pour votre réponse sur ce cas qui me bouleverse. Et me révolte.

noyade-criminalistique 27/10/2013 11:32



Bonjour


Tout d'abord mille excuses pour cette réponse tardive, je n'ai pas eu beaucoup de temps pour répondre aux questions.


C'est normal d'être révolté après une affaire de cette nature, surtout lorsque cela touche un enfant. Oui, pourquoi pas l'immersion, c'est depuis toujours une méthode simple de tenter de faire
disparaître un corps et comme vous le dites c'est plus facile que de creuser. Donc, dans l'hypothèse par laquelle le corps aurait pu être immergé, il est tout à fait possible de retrouver la
dépouille de  la petite. Dans quel état ? beaucoup de paramètre rentre en ligne, comme les vêtements ou non, immersion dans un endroit ensoleillé ou à l'ombre d'arbres, lieu fréquenté par
des bateaux ou non .... , mais il est évident qu'après + de 5 mois le corps va être trés dégradé avec la possibilité que des membres puissent être manquant. Après, cela n'empêche pas l'autopsie
de révéler des éléments intéressant concernant les circonstances de la mort, comme un étranglement, des fractures, même certaines plaies .... Tout reste possible, mais plus le temps passe, plus
tout cela deviendra trés difficile à déterminer les circonstances exactes du décès. Il faut garder espoir que la petite soit retrouvée et que les parents puissent être fortement condamnés. 


Cordialement



Présentation

  • : NOYADE - CRIMINALISTIQUE & PREVENTION
  • : Dans le cadre d'un Master en criminalistique, j'ai rédigé un mémoire sur le thème de la noyade et de son diagnostic médico-légal. Ce petit blog sans prétention et une manière pour moi de vous faire partager mon travail dans ce domaine, afin qu'il puisse continuer à vivre et exister à l'issue de la soutenance.
  • Contact

Archives

Sites À Visiter