Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 08:45

 

Le Cadavre Putréfié :


Le processus de putréfaction modifie rapidement et considérablement l'aspect externe du corps ne le rendant plus « lisible » pour le médecin légiste.


La putréfaction masque ou fait disparaître les lésions, les hématomes ainsi que l'ensemble des signes de la mort et de la submersion vitale. Chez le cadavre putréfié, il n'existe AUCUN élément observable pouvant seulement évoquer la noyade, ni même déterminer si la victime était vivante ou déjà morte au moment de son immersion. En fonction de l'état de décomposition du corps, certains des signes évoqués précédemment (macération de la peau, adipocire ...) peuvent seulement témoigner d'un séjour plus ou moins long dans un milieu liquide ou humide.


Le déplacement d'un médecin légiste sur les lieux d'une découverte de cadavre en milieu aquatique devrait être un acte indissociable à ce type d'enquête. Il est très important que le praticien puisse observer tous les signes externes pouvant faire penser à une noyade vitale, même si pris individuellement, ils ne sont pas significatifs à ce type de mort.


 

Son transport permettra au médecin légiste :


■ De s'imprégner des lieux et de son ambiance ;

■ De visualiser le corps dans son environnement ;

■ D'examiner les éventuels liens ou mécanisme de lestage avant le transport du corps sur l'Institut Médico-légal (IML) ;

■ D'échanger sur place avec les enquêteurs, les secours et les témoins.

 

Seule une vision globale de tous ces éléments peut lui permettre d'évoquer une ou plusieurs hypothèses quant aux circonstances de la mort.

 La levée de corps est une première approche du diagnostic médico-légal dans toutes les morts mais encore plus dans la noyade en raison de toutes ces difficultés d'interprétations que nous venons de discuter. Cet examen externe à lui seul ne peut suffire au médecin légiste à ce prononcer de manière certaine sur les causes de la mort, il doit être systématiquement accompagné d'une autopsie.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by noyade-criminalistique - dans MEDECINE LEGALE
commenter cet article

commentaires

BERNARD LARHANT 29/12/2012 14:27

Merci pour ces précieux renseignements qui vont me permettre de mieux détailler le travail des policiers et celui de l'IML. Si tout se passe normalement, mon livre sortira dans deux ans, trois
autres opus devant sortir dans l'intervalle (j'en publie deux par an). Lorsque je l'aurai bouclé, je me permettrai de vous adresser les extraits concernant la noyade, pour vérification. Mais je
préférerais un moyen plus direct et discret que le blog, pour ne pas mettre mes bouts de livre en ligne avant parution.
De la même manière, pour les remerciements, merci à vous de me dire comment je dois le libeller, noyade-criminalistique me semblant trop impersonnel.
Excellente fin d'année à vous également et le meilleur pour 2013.

Bien amicalement

Bernard Larhant

noyade-criminalistique 29/12/2012 15:53



Si vous désirez d'autres renseignements pour vos romans dans le domaine plus général de l'enquête et des investigations criminalistiques, je vous laisse mon adresse personnelle
etidav.choisy@gmail.com.


David CHOISY



BERNARD LARHANT 24/12/2012 11:53

Bonjour et merci de la porte ouverte. J'aurais trois questions supplémentaires dont il ne me semble pas avoir trouvé les réponse dans votre exposé, s'agissant d'un corps de femme qui a baigné
durant une vingtaine de jours dans le lit d'un fleuve côtier avec des marées et donc un mélange d'eau douce et d'eau de mer.
1- La victime conserve-t-elle ou non ses cheveux ?
2- Le médecin légiste peut-il exploiter une partie du corps pour une recherche d'ADN ?
3- L'état de putréfaction du corps permet-il encore, à partir du squelette, de déterminer des bases qui permettraient, avec les logiciels modernes, d'effectuer un portrait-robot ?

Merci par avance de vos réponse et très bon Noël à vous également.

BL

noyade-criminalistique 29/12/2012 14:17



Bonjour et une bonne année 2013


Je peux répondre à vos interrogations


1. Pour les cheveux ma réponse c'est oui et aussi non. Je m'explique, l'eau ne fait pas tomber les cheveux mais ce qui arrive dans la quasi totalité des cas, surtout après 20 jours, c'est que le
cuir chevelu se décole du front et du crâne, laissant apparaître progressivement la boite crânienne bien blanchie par le lessivage de l'eau. Donc au bout de 20 jours, nous pouvons rencontrer soit
une victime avec le front et le crâne totalement "décaloter" de son cuir chevelu, donc plus de peau ni de cheveux, soit ce que je pense être le plus proche de la réalité au bout de 20 jours, un
décollement partielle du cuir chevelu à partir du front juqu'au milieu du crâne et donc avoir encore sur l'arrière du crâne un "amalgame" de peau (cuir chevelu) et de cheveux qui disparaitront
progressivement au bout de quelques jours.


2 - Pour l'ADN, aucun problème, le médecin légiste a l'embarras du choix. La priorité c'est du sang et/ou un fragment de muscle (le morceau préféré le psoas), mais au bout de 20 jours, ce n'est
plus possible. Le sang est inexistant et les muscles putréfiés. Donc, c'est soit une dent, soit un morceau d'os long, le plus souvent un morceau de 5 cm de fémur. On congèle à l'issue de
l'autopsie et on transmet à un labo qui donne le résultat en 2 à 7 jours selon l'urgence de l'affaire.


3 - Oui, aucun problème, dans la simple mesure que le crâne est complet. L'Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale (IRCGN) fait cela trés bien et depuis trés longtemps. La
tête est coupée à l'autopsie puis transmise au laboratoire. Les experts procédent au nettoyage complet de la tête en enlevant le reste de peau, cheveux ... Pour la reconstitution faciale, ils
utilisent deux techniques, l'une totalement informatique, ils placent des repères sur les points caractéristiques du visage et c'est un logiciel qui à partir de ces points propose un visage (type
portrait robot), soit avec l'aide d'un sculpteur aidé d'un anthropologue judiciaire, directement sur le crâne avec de la pate à modeler ils reconstituent le visage. Cette technique permet
d'obtenir un visage "plus vivant" que le portrait robot informatisé. La reconsitution faciale n'est pas une science exacte et ne peut prendre en compte les imperfections de la peau, les
cicatrices, les traumatismes que la victime a pu avoir au cours de sa vie, sa corpulence ... Trés souvent, les experts présentent plusieurs déclinaisons du visage reconstitué.


 


Voilà, j'espère vous avoir été utile pour votre roman.


Trés cordialement et bon réveillon



BERNARD LARHANT 19/12/2012 22:22

Merci pour vos renseignements très précis. Je suis un modeste auteur de polars régionaux et dans l'une de mes prochaines enquêtes, les policiers découvrent le corps d'une femme qui aurait séjourné
dans l'Odet (à Quimper) durant une quinzaine de jours. Point de départ d'une longue enquête pour découvrir déjà son identité. Vos précisions vont alimenter ma réflexion.
Bien amicalement BL

noyade-criminalistique 24/12/2012 11:17



Pas de problème, je reste à votre disposition.


Bon noël



Présentation

  • : NOYADE - CRIMINALISTIQUE & PREVENTION
  • : Dans le cadre d'un Master en criminalistique, j'ai rédigé un mémoire sur le thème de la noyade et de son diagnostic médico-légal. Ce petit blog sans prétention et une manière pour moi de vous faire partager mon travail dans ce domaine, afin qu'il puisse continuer à vivre et exister à l'issue de la soutenance.
  • Contact

Archives

Sites À Visiter