Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 18:00

Depuis les origines de l'humanité, l'homme, dont la cruauté et l'imagination à faire mourir son prochain n'est plus à démontrer a très souvent utilisé l'eau comme moyen de torture et de châtiment.

De l'antiquité, jusqu'à la fin du XVIIIème siècle, la mort par noyade a très souvent été utilisée comme mode d'exécution des décisions de l'autorité judiciaire. Comme le feu, l'eau est un symbole important des croyances humaines, elle est source de vie, elle purifie, nettoie, épure et peut même être sacrée. C'est pour toutes ces raisons que la noyade est un paradoxe, l'eau reprenant la vie qu'elle a elle même donné.

      NOYADE-EXECUTION.jpg

          Image provenant du site http://www.peplums.info

 

La noyade a été employée avec une certaine régularité dans l'Europe du Moyen Age et tout particulièrement dans les pays du bassin méditerranéen. Le condamné était soit entravé, soit lesté ou fixé, mis en sac avec un animal (chat, singe, coq ou serpent) puis était précipité soit dans l'eau de mer, lac, rivière, marais et parfois même dans un tonneau. Ce mode d'exécution dit « non brutal » était réservé plus particulièrement aux femmes infidèles ou coupables d'avortement, aux infanticides et aux parricides.

A Constantinople, sous la période Ottomane, les femmes adultères du harem étaient jetées dans le Bosphore une pierre autour du cou. Plus proche de nous, en Lorraine au début du XVIIIème siècle, les jeunes filles ou veuves coupables d'avortement étaient impitoyablement condamnées à la mort par noyade et précipitées dans la rivière du haut d'un pont.

Plus rarement, les hommes pouvaient se voir appliquer cette technique d'homicide. Dans la Grèce antique, la coutume pénale voulait que les traites, les brigands et les tyrans périssent par l'eau. Durant l'antiquité et le moyen âge, la mort par submersion était réservée aux traîtres et aux lâches au combat. Au XVIème siècle, ce supplice était plus particulièrement destiné aux coupables de crimes sexuels et de sodomie.

Au moyen âge, l'immersion était également utilisée lors de l'épreuve par la noyade avec des femmes suspectées de sorcellerie. Selon la légende, les sorcières seraient plus légères que l'eau et flotteraient donc naturellement. En conséquence, la présumée sorcière était jetée dans un lac ou un fleuve pieds et mains liés. Si elle descendait au fond de l'eau et se noyait, elle mourrait innocentée. Si elle flottait, la preuve était faite, elle était accusée de sorcellerie et condamnée au bûcher.

Nous pouvons également évoquer les exécutions extra-judiciaires comme celles perpétrées par les pirates. La noyade était pour eux un moyen simple de se débarrasser des survivants des navires capturés, lorsqu'ils ne pouvaient être échangés contre rançon. Ajoutons enfin, plus proche de nous, « la brasse sicilienne », technique d'élimination employée par la mafia consistant à jeter le malheureux à la mer les pieds emprisonnés dans un seau de ciment à prise rapide.

La noyade a été employée par la justice des hommes comme une forme dite « non brutale » de peine capitale, non destructrice physiquement et a donc été principalement réservée aux femmes.

 Mots clés : Noyade ; Exécution ; Torture ; Châtiment

Partager cet article

Repost 0
Published by noyade-criminalistique - dans LA NOYADE - HISTORIQUE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : NOYADE - CRIMINALISTIQUE & PREVENTION
  • : Dans le cadre d'un Master en criminalistique, j'ai rédigé un mémoire sur le thème de la noyade et de son diagnostic médico-légal. Ce petit blog sans prétention et une manière pour moi de vous faire partager mon travail dans ce domaine, afin qu'il puisse continuer à vivre et exister à l'issue de la soutenance.
  • Contact

Archives

Sites À Visiter