Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 11:31

Mon tout premier article est en quelque sorte l'introduction de mon mémoire.

 

INTRODUCTION

 

Même si l'eau constitue le berceau des premières formes de vie il y a 600 millions d'années l'évolution de l'homme l'a conduit à s'en écarter. Le milieu aquatique demeure vital pour l'humanité, mais constitue un danger permanent.


Le terme noyade peut se définir comme « une asphyxie due à une immersion dans l'eau » et au sens strict est suivie d'un décès. Le public identifie généralement cette mort à la mer, rivière ou piscine mais toutes les eaux peuvent tuer, à commencer par celles présentes dans l'environnement domestique, baignoire, puits, abreuvoir pour le bétail … , sans oublier tous les liquides qui nous entourent au quotidien, à notre domicile ou sur notre lieu de travail.


Événement dramatique en soi, la noyade est très fréquente. Elle apparaît comme un risque propre à l'enfance, victime toute désignée de ce genre de traumatisme. En 2009, les enfants de moins de 6 ans étaient impliqués dans 14% des noyades (191 victimes), alors qu'ils ne représentent que 8% de la population française. Un rapport européen de 2008 (European report on child injury prévention), indique que la noyade serait la principale cause de mort violente chez les enfants de 1 à 4 ans et la deuxième cause de décès après les accidents de la route pour les enfants et les adolescents de 0 à 19 ans en Europe. En France, une étude épidémiologique (Institut de veille sanitaire) menée sur la période du 1er Juin 2009 au 30 Septembre 2009 recense 1652 noyades dont 669 suivies d'un décès. Cette étude distingue 3 types d'accident :

    • Les noyades accidentelles avec 462 décès (69% de l'ensemble des victimes) ;

    • Les noyades intentionnelles avec 169 décès (suicide ou agression, 25%) ;

    • Les noyades d'origine inconnues avec 38 décès (6%).

Ce document constate que les noyades accidentelles sont plus fréquentes chez les hommes que chez les femmes (365 décès contre 97) et que tous les âges sont concernés mais avec une prédominance pour les enfants de moins de 6 ans et les adultes de plus de 45 ans.

Les noyades intentionnelles touchent aussi bien les deux sexes (79 hommes et 88 femmes). L'enquête indique également que la mer reste le lieu le plus propice à ce type de traumatisme avec 57,2% des noyades puis vient ensuite les cours et plan d'eau avec 21,6% et enfin les piscines 17,5%.

 

La découverte d'un corps dans l'eau ne signifie pas systématiquement qu'il s'agit d'une noyade accidentelle ou d'un suicide, même s'il s'agît des causes les plus fréquemment rencontrées. L'hypothèse criminelle d'une submersion forcée ou d'une tentative de dissimulation de cadavre ne doit jamais être exclue d'emblée. Un corps découvert immergé ou échoué sur une berge ou une plage doit toujours, en l'absence de témoin oculaire, être l'objet de la plus grande suspicion.


L'actualité judiciaire passée ou actuelle est riche d'affaires criminelles souvent médiatiques ou l'eau est l'élément principal ou perturbateur de la mort. Nous pouvons par exemple évoquer l'affaire Robert BOULIN, Ministre du travail du Président Giscard d'Estaing, retrouvé mort le 30 octobre 1979 dans des circonstances étranges dans un étang ou bien Grégory VILLEMIN découvert ligoté le 16 octobre 1984 dans la rivière de La Vologne. Ces deux affaires, connues de tous et revenant régulièrement sur le devant de la scène médiatico-judiciaire sont révélatrices de la complexité de l'interprétation de la mort par submersion et démontrent toute l'importance de procéder avec rigueur à des investigations médico-légales complètes et méthodiques.

Tout proche de nous, nous pouvons également parler du meurtre de la jeune Laëtitia PERRAIS retrouvée démembrée dans un étang à Lavau-Sur-Loire (44), ou bien Patricia BOUCHON, la joggeuse de Bouloc (31), découverte soigneusement dissimulée dans un conduit d'égout partiellement immergé. Dans ces deux cas, l'eau n'est plus « l'arme du crime », mais l'élément dissimulateur, perturbateur utilisé par les criminels pour cacher ou effacer toutes traces de leurs actions.


Les dégradations provoquées par l'immersion prolongée d'un corps dans un fluide perturbent le diagnostic d'interprétation médico-légal, notamment en terme d'identification et d'estimation du délai post-mortem ou d'immersion. La victime était-elle vivante au moment de la submersion ? Les blessures présentes sur le sujet sont-elles ante-mortem (Avant la mort) ou post-mortem (Après la mort) ? Depuis combien de temps la victime séjourne dans l'eau ? Qui est-elle ? Est-elle morte d'une vrai noyade ou d'une hydrocution ? …..

Voilà autant de questions que le médecin légiste, le Parquet, et bien évidemment les enquêteurs vont se poser dès le début de l'enquête.


Il existe des signes anatomiques de la noyade visibles sur le cadavre « frais », comme la cyanose de la face, qui est un indicateur d'une asphyxie aiguë. Mais en l'absence de témoins, leurs prises en compte permettent éventuellement d'évoquer une noyade vitale mais en aucun cas de l'affirmer (ex : Victime étouffée puis précipitée dans l'eau pour dissimuler le corps). Dans le cas du cadavre putréfié, ces signes sont totalement absents. Il est donc nécessaire, voir obligatoire de pratiquer une autopsie pour à la fois exclure d'autres causes de décès que celle de la noyade vraie et pratiquer des prélèvements qui eux sont susceptibles d'en apporter la preuve.


Le diagnostic de la noyade vitale est très souvent problématique pour les médecins légistes. Il peut être néanmoins mis en évidence par un faisceau d'arguments cliniques, d'examens complémentaires, tels que les diatomées et les données de l'enquête. Jusqu'à la connaissance de l'ensemble de ces résultats, il convient de rester prudent sur les circonstances et les causes du décès.

 

Après cette mise en bouche, mes prochains articles porteront sur les noyés et les noyades dans l'histoire ....

 

        Mots clés : Noyade ; diagnostic ; médico-légal ; cadavre

Partager cet article

Repost 0
Published by noyade-criminalistique - dans LA NOYADE - GENERALITES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : NOYADE - CRIMINALISTIQUE & PREVENTION
  • : Dans le cadre d'un Master en criminalistique, j'ai rédigé un mémoire sur le thème de la noyade et de son diagnostic médico-légal. Ce petit blog sans prétention et une manière pour moi de vous faire partager mon travail dans ce domaine, afin qu'il puisse continuer à vivre et exister à l'issue de la soutenance.
  • Contact

Archives

Sites À Visiter