Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 20:25

Avant de poursuivre les articles sur la noyade en criminalistique, certains d'entre vous m'ont demandé de rentrer plus dans le détail sur les différentes signes visuels pouvant aider à dater un décés, quelque soit le type de mort.

 
A l'aide de mon expérience et de la littérature sur le sujet, j'ai essayé de vous faire des résumés de ces différents signes pouvant  aider à la datation de la mort.

 

Le premier article porte sur la rigidité cadavérique.

 

MEDECINE-LEGALE.jpg      

 

Définition: La rigidité cadavérique (ou rigor mortis) est un raidissement progressif de la musculaturecausé par des transformations biochimiquesirréversibles affectant les fibres musculaires au cours de la phase post-mortemprécoce. Cet état disparaît habituellement lorsqu'apparaît la putréfaction, c'est-à-dire au bout de deux à quatre jours selon les circonstances.


 

Explication du phénomène :

 

- La rigidité se caractérise par une perte d'élasticité des tissus, et notamment des muscles, causée par la coagulation de la myosine, une protéine qui y est présente.

 

- Ce phénomène est dû au fait que le corps ne fournit plus d'ATP (adénosime triphosphate), donc ne fournit plus de glucose et d'énergie aux muscles (similitudes avec la crampe musculaire).

 

- La disparition de la rigidité est en rapport avec l'autolyse et la putréfaction qui détruisent la structure des filaments d'actine et de myosine ainsi que les liaisons qui les unissent.

 

Modélisation de la rigidité cadavérique :

 

- La rigidité cadavérique affecte l'ensemble des muscles (striés et lisses). La topographie de son installation est descendante. Elle débute à l'extrémité cervico-céphalique, à savoir la nuque et les muscles masticateurs puis suit les bras, les mains, le troc, l'abdomen et les extrémités inférieures.

- En effet, la rigidité touche d'abord les petits muscles situés en haut du corps puis les muscles plus importants (fléchisseurs aux membres supérieurs, extenseurs aux membres inférieurs) où elle prédomine.

- Ce phénomène se manifeste par une demi-flexion au niveau des membres supérieurs, un enroulement des doigts dans les paumes, une extension des membres inférieurs. Les maxillaires sont serrés.

 

- Le durcissement des muscles lisses peut expliquer après le décès la présence de matières fécales ou de liquide spermatique.

 

- Le coeur est très rapidement rigide après le décès (moins de deux heures).

 

- La rigidité, si elle est rompue avant 12 heures, se reconstitue. En effet, les muscles contiennent deux types de fibres musculaires (type I riche en mitochondries et myosine lente et type II, pauvre en mitochondries et myosine rapide) et il est concevable que la rigidité apparaisse à des moments différents pour ces deux types de fibres musculaires. Lors de la rupture volontaire de cette rigidité initiale, les fibres encore relâchées vont garder leur pouvoir de contraction post-mortem, se contracter ensuite et provoquer une « nouvelle » rigidité.

 

- Elle disparaît ensuite progressivement à partir de la 30ème heure environ en respectant le même ordre que lorsqu'elle s'est installée. La partie supérieure du corps redeviendra souple avant la partie inférieure du cadavre, laissant place au processus de putréfaction.

 

 

 

Chronologie Post-Mortem :

 

◘ La rigidité débute en moyenne entre 3 et 4 heures après la mort(exceptionnel avant 2 heures) ;

◘ La rigidité est complètement installée et d'intensité maximale entre 8 et 12 heures après la mort ;

◘ En cas de rupture artificielle intervenant moins de 8 à 12 heures après la mort, la rigidité peut se reconstituer. Ce n'est pas le cas lorsque la rupture intervient au-delà de ce délai ;

◘ La rigidité se maintient ensuite entre 12 et 36 heures ;

◘ La rigidité disparaît progressivement en deux ou trois jours, lorsqu'apparaît la putréfaction.

 

Les facteurs correctifs :

 

- Cette chronologie n'est qu'indicative et en réalité on observe des variations considérables sous l'influence de très nombreux facteurs :

 

La rigidité est plus rapide, en cas :

 

● D'activité musculaire intense avant le décès (jogging, course, fuite ou bagarre) ;

● Etat de stress intense (mort violente précédée de signes tels que la peur) ;

● L'effet de certains poisons (strychnine....) ;

● Convulsions ante-mortem ;

● La chaleur ;

● Électrocution ;

● Immersion en eau chaude ;

● Constitution anatomique robuste (rigidité importante et prolongée).

 

La rigidité est plus lente, en cas :

 

● Décès par asphyxie (pendaison, intoxication au monoxyde de carbone ...) ;

● Hémorragie massive ;

● L'air froid et sec et l'eau froide (durée prolongée) ;

● Agonie prolongée (rigidité peu intense) ;

● Personne âgée ou émaciée (rigidité peu intense).

 

● Si le corps est congelé alors que l'ATP est encore élevée, la rigidité commencera au dégel..

 

Cas concret :

 

▲ Cadavre complètement souple, la rigidité n'est pas installée = moins de 3 heures 00

ou + de 24 heures, la rigidité a déjà disparu. Dans ce dernier cas, d'autres signes cadavériques permettront de faire le diagnostic différentiel ;

▲ Cadavre rigide sur sa partie supérieure mais souple sur sa partie inférieure. Rigidité en cours d'installation = moins de 12 heures ;

▲ Cadavre souple sur sa partie supérieure mais rigide sur sa partie inférieure. Rigidité en phase descendante = plus de 24 heures.


 

La rigidité cadavérique est seulement une méthode complémentaire pour estimer le délai post-mortem. Elle ne doit jamais être utilisée isolément.

 

 

 

Myosine

 

La myosine est une protéine qui joue un rôle fondamental dans les mécanismes de la contraction musculaire. Cette protéine intracytoplasmique se rencontre dans les cellules à activité contractile des vertébrés, telles que les cellules musculaires.

 

ATP

Adénosine triphosphate

 

Nucléotide de la famille des purines, servant à emmagasiner et à transporter de l'énergie.

 

L'adénosine triphosphate (ATP) est une substance chimique qui participe à la transformation du glycogène en glucose dans les organismes vivants.

Autolyse

 

Le terme autolyse désigne l'autodestruction.

Le terme est utilisé en médecine pour désigner le suicide, et en biologie pour désigner l'autodestruction de cellules.

Actine

C'est une protéine présente dans toutes les cellules du corps et spécialement dans les cellules musculaires.

Strychnine

La strychnine est un alcaloïde très toxique extrait de la noix vomique. Il est utilisé comme stimulant à très faibles concentrations. C'est le poison classique dans la lutte contre les corbeaux et les petits rongeurs. Curieusement, elle n'est pas toxique pour les cochons d'inde. Cette utilisation est interdite en France depuis 1999.

 

Pour extraire la strychnine, on râpe la noix vomique dans de l'alcool bouillant, on distille la liqueur alcoolique obtenue et on purifie par différents traitements. À l'état cristallisé, elle a la forme de petits prismes rhomboïdaux incolores, inodores et de forte saveur amère.



La dose létale est de 0,2mg·kg-1 : Spasmes musculaires au bout de 10 à 20 minutes en commençant par la tête et le cou, fortes douleurs, convulsions, arrêt cardiaque, puis la mort par asphyxie. Les meilleurs antidotes sont les barbituriques.


Partager cet article

Repost 0
Published by noyade-criminalistique - dans MEDECINE LEGALE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : NOYADE - CRIMINALISTIQUE & PREVENTION
  • : Dans le cadre d'un Master en criminalistique, j'ai rédigé un mémoire sur le thème de la noyade et de son diagnostic médico-légal. Ce petit blog sans prétention et une manière pour moi de vous faire partager mon travail dans ce domaine, afin qu'il puisse continuer à vivre et exister à l'issue de la soutenance.
  • Contact

Archives

Sites À Visiter