Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 17:52

Du fait de la difficulté médico-légale du diagnostic de la noyade, du séjour plus ou moins prolongé du cadavre dans l'eau, de l'absence éventuelle de témoins oculaires, il convient de traiter ce type d'enquête avec la plus grande prudence et de ne jamais écarter la possibilité d'un homicide par submersion forcée ou l'immersion d'un corps.


L'eau est pour le criminel un élément idéal pour dissimuler des traces de violences et orienter les enquêteurs sur une fausse piste, accident ou suicide, ou tout simplement faire disparaître son forfait en espérant que le corps ne revienne jamais à la surface.


 

La noyade comme technique d'homicide n'est pas chose courante (223 faits recensés par la gendarmerie entre 1986 et 2009). Elle est plutôt rare chez l'adulte car elle nécessite une lutte préalable. L'agresseur devant user de la force pour maintenir les voies aériennes supérieures de la victime dans un liquide et lui annihiler toute forme de résistance. Cette action laissera nécessairement des stigmates dont le cadavre portera les marques.

En revanche, cette mort par submersion forcée est plus fréquente chez le nouveau-né, l'enfant en bas âge, le vieillard ou la personne diminuée physiquement qui ont une plus faible possibilité de défense et qui laisse à l'auteur de plus grandes possibilités de « maquiller » l'acte criminel en suicide ou accident.

Pour écarter définitivement l'homicide des hypothèses de travail, les enquêteurs et médecins légistes doivent rechercher des éléments permettant d'affirmer si la victime a perdu la vie à la suite d'une submersion forcée dans l'eau ou si elle était déjà morte au moment de son immersion.

Malheureusement, la chose n'est pas aussi simple, la putréfaction, les diverses agressions qu'à pu subir le cadavre et aussi la détermination de certains désespérés pour mettre fin à leurs jours peuvent amener de prime abord enquêteurs et médecins légistes à formuler hâtivement des conclusions erronées.

La présence sur le corps de lésions traumatiques n'est pas automatiquement synonyme de violences. Elles peuvent être post-mortem dues au charriage du cadavre, aux animaux marins ou terrestres, aux branches, aux hélices de bateaux, aux cailloux ….

Même dans l'hypothèse ou elles seraient ante-mortem, vitales ou non, de telles lésions peuvent prêter à discussion et ne peuvent exclure définitivement la thèse d'un suicide ou d'un accident.

Un désespéré peut très bien se tirer une balle dans la tête sur le bord d'un cours d'eau ou d'un pont et tomber à l'eau ensuite. De même un corps retrouvé les mains liées ou un parpaing aux pieds n'indique pas nécessairement l'intervention d'un tiers. La victime ayant simplement utilisé un moyen sûr de se donner la mort en s'empêchant toute chance de regagner la rive ou d'annihiler tout instinct de survie.

 

Le milieu aquatique peut aussi servir à dissimuler une submersion forcée dans un autre lieu comme une baignoire ou une piscine et immerger ensuite le corps dans un cours d'eau pour orienter l'enquête vers un accident ou un suicide.

L'absence de marques de violences observables ne veut pas dire non plus qu'il n'y a pas eu crime. Que dire d'une victime poussée par surprise dans l'eau !!!

Des blessures peuvent être présentes sur le corps sans agression humaine et avoir été occasionnées par des pierres ou objets lors d'une chute totalement accidentelle.

 

Tous ces cas d'espèce sont autant de problèmes qui viennent s'ajouter et brouiller l'enquête et le diagnostic médico-légal de la noyade.

 

Je vous donne rendez-vous pour un deuxième article sur les noyades d'origine suicidaire, samedi 18 février vers 18 heures .

 

Mots clés : Noyade ; Crime ; Médico-légale ; Homicide ; Enquête

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : NOYADE - CRIMINALISTIQUE & PREVENTION
  • : Dans le cadre d'un Master en criminalistique, j'ai rédigé un mémoire sur le thème de la noyade et de son diagnostic médico-légal. Ce petit blog sans prétention et une manière pour moi de vous faire partager mon travail dans ce domaine, afin qu'il puisse continuer à vivre et exister à l'issue de la soutenance.
  • Contact

Archives

Sites À Visiter