Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 12:52

La submersion asphyxique prend, dans les études et selon les auteurs des appellations différentes. On évoque des submersions primitives, noyades asphyxiques, noyades primaires, noyades typiques, noyades vraies ou de noyé bleu.

Elle se produit classiquement chez le sujet ne sachant pas nager qui de ce fait, coule par insuffisance technique et qui se débat de longues minutes pour ne pas succomber. Le nageur confirmé se noie le plus souvent après épuisement ou lorsqu'il est victime de crampes. 

 Dans tous ces cas, la victime « boit la tasse », elle avale / inhale l'eau AVANT  la perte de connaissance et l'arrêt respiratoire.


L'inondation des voies aériennes a de lourdes conséquences sur un corps humain vivant. Depuis la fin du XIXème siècle et les recherches sur les chiens, de très nombreux chercheurs ont mis en évidence cinq temps ou phases lors du déroulé du mécanisme de la submersion asphyxique.

APPAREIL-RESPIRATOIRE.jpg

 1°) Phase de surprise ou de saisissement : Pendant cette phase très courte, quelques secondes, la victime s'agite, s'affole et commence à se débattre en faisant des mouvements pendulaires, elle fait « le bouchon ». Il peut se produire une pénétration peu importante de liquide dans les voies aériennes.

 2°) Phase de résistance à la respiration ou apnée consciente (Environ 1 minute) : La victime se débat de plus en plus, un sentiment de panique l'envahit. Elle coule et remonte à la surface à plusieurs reprises, elle s'accroche à tout ce qu'elle peut trouver, ses mouvements sont désordonnés. Elle n'arrive plus à laisser la tête hors de l'eau et à retenir sa respiration. Une inspiration profonde finit par se faire et le liquide inonde l'arbre trachéo-bronchique. Un phénomène tussif s'ensuit entrecoupé de nouvelles inspirations d'eau. A ce stade, l'absorption d'eau peut provoquer une apnée réflexe, l'épiglotte* se ferme pour protéger les voies respiratoires et les poumons d'une inondation massive, empêchant la respiration même lorsque la tête est hors de l'eau.

ARBRE TRACHEO BRONCHIQUE

 3°) Phase d'inspirations profondes ou inhalation involontaire (Environ 3 minutes) : Le manque d'oxygénation des tissus et organes internes appelé en terme médical hypoxie dû à l'apnée réflexe déclenche l'envie de respirer sous la forme de réflexes thoraciques incontrôlables et entraîne de nouveau l'ouverture de la glotte puis la reprise de la ventilation. De grandes respirations profondes et rapides provoquent une inondation brutale et massive de l'arbre trachéo-bronchique et des poumons accompagnée de phénomènes convulsifs, de régurgitation, de vomissements et rejet d'une spume** blanchâtre qui a pour conséquence une diminution de l'apport d'oxygène à l'organisme. Cette déficience provoque une coloration bleutée de la peau au niveau de la face et des extrémités appelée cyanose, d'où la dénomination de « noyé bleu ». La victime, qui n'a plus la force de se débattre, est en proie à une détresse respiratoire grave avec perte de connaissance.

4°) État de mort apparente : La victime est maintenant en arrêt respiratoire mais le cœur bat encore. La présence massive d'eau dans les poumons empêche totalement l'oxygénation du sang, elle s'asphyxie. Les alvéoles pulmonaires éclatent tandis que se forme un œdème pulmonaire aigu qui est souvent fatal à la victime. A ce stade, il est encore théoriquement possible de la réanimer mais le décès va intervenir très rapidement.

ALVEOLES-PULMONAIRES.jpg

5°)Décès : Après une brève agonie, un arrêt cardiaque se produit, provoquant le décès de la victime.


La noyade vraie est donc avant tout une asphyxie secondaire à la submersion dans un liquide et à son inhalation par les voies respiratoires.

Pour résumer, l'irruption de l'eau à plusieurs actions :

■ Pénétration du liquide dans les voies aériennes avec remplissage de l'arbre trachéo-bronchique, interdisant le passage de l'air ;

■ Spasme réflexe de l'épiglotte protégeant momentanément les voies respiratoires de l'agression de l'eau mais empêchant également la respiration ;

■ La reprise de la respiration entraîne alors un afflux brutal et important de liquide qui produit un traumatisme des poumons et plus précisément des alvéoles pulmonaires qui ont comme fonction primordiale de permettre les échanges gazeux entre l'air et le sang. La conséquence est une diminution importante et durable de l'apport d'oxygène aux tissus et organes ;

■ L'influence du liquide dans l'organisme et l'arrêt des échanges gazeux vont entraîner tout une série de phénomènes dont le plus grave est un œdème pulmonaire ;

■ Un arrêt respiratoire va rapidement intervenir avec une perte de connaissance. La privation continue d'oxygène va entraîner des lésions au cerveau puis s'ensuit un arrêt cardiaque.

 

 

Tous ces phénomènes vont évoluer pendant la phase dite agonique entre la pénétration de l'eau dans le corps et le décès. Cela peut avoir son importance lors du diagnostic médico-légal, car cette agonie peut-être plus ou moins longue d'un individu à l'autre. Plus elle sera longue, plus l'organisme aura manqué d'oxygène et plus l'aspect bleuté de la peau de la victime sera marqué, caractéristique du noyé bleu. Plus elle est courte, moins cette coloration est visible et le noyé peut donc être confondu avec un noyé dit « blanc ». Cette notion de noyé bleu ou cyanosé est un élément à prendre évidemment en considération, mais il convient néanmoins de rester prudent. Ce phénomène sera développé plus précisément dans la seconde partie du mémoire consacrée au diagnostic médico-légal de la noyade.

 

Dans le même ordre d'idée, il peut arriver dans un petit nombre de cas, que l'apnée réflexe qui intervient au tout début de la noyade persiste plus ou moins longtemps et que la glotte reste même fermée jusqu'à l'arrêt cardiaque. La victime décède d'une asphyxie mais sans eau dans les poumons. Ce phénomène est appelé « noyade sèche » ou « noyade à poumons secs » pouvant ainsi fausser le diagnostic de la noyade. 

 

* Élément cartilagineux plat et mobile, situé derrière la racine de la langue et relié au larynx qui permet d'obstruer l'entrée de la tachée par la fermeture de la glotte au moment de la déglutition.

**Liquide ressemblant à l'écume avec de grosses bulles et constitué d'un mélange d'eau et d'air, qui s'effectue lors des mouvements respiratoires dans le liquide et qui s'extériorise par le nez et la bouche.

 

Mots clés : Noyé bleu ; submersion asphyxique

Partager cet article

Repost 0
Published by noyade-criminalistique - dans LES DIFFÉRENTES CAUSES DE NOYADE
commenter cet article

commentaires

Cyril 13/09/2016 00:24

Bonjour, je suis interne en médecine et je rédige actuellement un mémoire sur la noyade et l'importance d'agir au plus vite. Je voudrais savoir si vous le voulez bien vos sources (biblio ou autres) concernant la durée de chaque stade (" 2° Phase de résistance à la respiration ou apnée consciente (Environ 1 minute)". merci d'avance. PS pouvez vous me répondre sur mon mail svp cyril.marimoutou@laposte.net

nam 23/10/2014 22:06

Bonsoir, je vous écris car je souhaite vous transmettre mon témoignage sur l accident de mon fils qui a subit une anoxie cérébrale au mois de mai 2008, mon mari qui est le beau-père de mon fils a été inculpé pour 15 ans de prison pour violence sur mineur entrainant une infirmité.

Mon fils qui avait 9 ans l époque prenait son bain, mon mari se trouvera dans le couloir près de la porte du salon et il voyait mon fils dans la salle de bain et il me voyait car j était face à lui dans la cuisine en train de préparer le repas du soir et je discutais avec mon mari. Mon fils dans le bain, mettait sa tète sous l eau et la remonter a plusieurs reprises et apparemment rapidement car mon mari l a fâché parce qu'il mettait de l eau partout, j ai entendu mon fils lui répondre "oui, papa", et très vite mon mari hurler nam vite fils se noie je me suis précipité a la salle de bain, mon mari avait un genou a terre et il serrait fermement mon fils qui conduisait, il ma dit de téléphoner aux pompiers chose que j'ai fait mais aucun n est sorti de ma bouche, paniqué je me suis mise à coté de mon fils qui conduisait, il avait une respiration roque et difficile, et une alternance se faisait entre la respiration difficile et les convulsions, mon mari m a mis sur le côté comme l on conseillait les pompiers au téléphone, mon fils a légèrement vomi avec un peu d eau, et lors d un arrêt de convulsions, la respiration roque a fait place à des lèvres bleues, puis une reprise de respiration normale et à l arrivée des pompiers et puis du Samu, ce que j ai appris par la suite c est que mon fils se serait éventuellement cogné, l urgentiste dit avoir palpé le crâne de mon fils et qu il a eu une mimique de douleur et évènement que le médecin urgentiste a omis de noter dans son rapport mais un oédeme frontal a été noté , mon fils a été intubé ce qui a provoqué un pneumomédiastin mis sur le dos de mon mari pour étouffement, au scanner un hématome sous-dural qui le lendemain par un nouveau scanner disparaît puis une irm faite par la suite montre des lésions hypoxique et ischémiques, aujourd'hui mon fils est handicapé dépendant, il se porte bien, reconnaît son entourage et essai de vivre au mieux.
Si je vous ai raconté mon témoignage c est que l intervention de mon mari a été rapide et que mon fils a souffert au sol sous mes yeux et que mon témoignage ne la pas aider, j aimerais savoir ce que vous en penser, je vous remercie

david 26/10/2014 07:48

Bonjour
J'ai bien lu votre message, mais je suis désolé, je n'ai pas tout bien compris. Vous parlez que votre ex concubin a été condamné à 15 ans de prison pour violence, mais dans votre témoignage, je ne vois pas ou votre ex concubin a commis des violences ??? Je ne comprend pas non plus la phrase suivante "mon mari avait un genou a terre et il serrait fermement mon fils qui conduisait ???" qui conduisait ??? . En tout cas, à 9 ans dans son bain, il faut tout de même se cognait fermement pour perdre suffisamment conscience pour avoir un commencement de noyade. Mais oui, si quelqu'un perd conscience et commence à s’asphyxier en inhalant de l'eau, cela peut entraîner malheureusement ce type de handicape. Mais l'asphyxie n'arrive pas en quelques petites secondes, il faut tout de même quelques petites minutes (2-3 peut-être) pour commencer à engendrer des conséquences graves. Cordialement et bon courage

Arnaud 26/07/2013 17:17

Il est écrit dans la fin de l'article que l'on peut se noyer par noyade "sèche" sans eau dans les poumons. est il possible que ce genre de noyade peut se passer à l'extérieur de l'eau? sous l'effet
de drogues ou anesthésiant?

noyade-criminalistique 30/07/2013 08:35



Bonjour


Non, pas à l'extérieur de l'eau. C'est toujours l'eau qui fait que la personne décède ou du moins qui entraine un phénomène qui provoque le décès (apnée réflexe, hydrocution .... ). Lorsque l'on
parle de noyade sèche, c'est le fait, soit que la personne décède très rapidement et donc respire très peu sous l'eau, ou par l'apnée réflexe meurt asphyxié par absence d'oxygène, mais à chaque
fois c'est l'eau qui est à l'originie du décès.


En dehors de l'eau, comme pour les drogues ou autres, c'est simplement une asphyxie classique provoqué par différents phénomènes dus à l'absorption de drogues, alcool, médicaments, comme un
oedème pulmonaire par exemple ou sans asphyxie, un arrêt cardiaque ....



Présentation

  • : NOYADE - CRIMINALISTIQUE & PREVENTION
  • : Dans le cadre d'un Master en criminalistique, j'ai rédigé un mémoire sur le thème de la noyade et de son diagnostic médico-légal. Ce petit blog sans prétention et une manière pour moi de vous faire partager mon travail dans ce domaine, afin qu'il puisse continuer à vivre et exister à l'issue de la soutenance.
  • Contact

Archives

Sites À Visiter